Marc Moens, président honoraire de l'Absym, a défloré un peu son contenu. Il s'agit d'un accord pour un an. La grande discussion portera sur la répartition de l'index - qui s'élève à 1,01 %. La masse d'index est de 99,2 millions d'euros.

 

Avec ce montant, certaines initiatives pendantes dans l'accord précédent, pour un montant de 10,1 millions doivent encore être financés.

 

- médecine physique et réadaptation : 4,89 millions d'euros ;

 

- réévaluation des troubles hématologiques/immunologiques en hôpital de jour : 3,40 millions ;

 

- neuro-surveillance : 122 millions ;

 

- Congélation : 0,46 million ;

 

- Divers : 0,18 million ;

 

Trois propositions

 

En soustrayant ces montants, on arrive à une masse d'index à " distribuer " de 89,1 millions.

 

Comment l'utiliser ? Trois propositions sont sur la table.

 

La première, la plus importante pour l'Absym, est un index linéaire de 0,9 % pour tous.

 
 

D'autres propositions consistent à donner 2.000 euros à chaque médecin actif. Et de différencier l'index en fonction de la nature de l'honoraire.

 
 

Le Dr Moens trouve ces deux solutions un peu lourdes. La première parce qu'elle implique une adaptation en fonction du seuil d'activité, et que cela pose toujours des problèmes majeurs - dit-il. La seconde parce qu'il ne reste pas assez de temps pour quantifier correctement les propositions.

 

La télémédecine figure dans l'accord. "C'est un incontournable", estime Moens. Il existe également des dispositions sur la permanence hebdomadaire dans les postes de garde, l'accréditation, les soins de qualité, etc.

 

La biologie clinique et les radiologues devront économiser un demi pour cent sur leur budget total, car ce sont des postes importants du budget. Le Dr Moens, lui-même biologiste clinicien, est déconcerté par le fait que ces spécialités doivent toujours contribuer à l'effort.

 

Le 21 décembre, le Comité des assurances et le Conseil général de l'Inami doivent approuver le nouvel accord. Le 10, les syndicats de médecins et les mutuelles ont dû soumettre leurs commentaires sur le projet de texte à Jo De Cock.

 

Les anesthésistes protestent

 

Administrer de l'oxygène pour les soins est plus difficile que prévu. Le paiement ne concerne que la première moitié de janvier 2021.

 

L'Association professionnelle belge des médecins-spécialistes en anesthésie et réanimation proteste contre la réglementation de la consultation pré-anesthésie, qui a finalement été approuvée.

 

La détermination de l'urée (biologie clinique) fera l'objet d'une restriction, ce qui entraînera un réinvestissement de 4,5 millions d'euros.

 

Le Cartel proteste dans une lettre contre l'absence de la nouvelle nomenclature pour l'anatomopathologie. Marc Moens estime pouvoir rejoindre la revendication.

 

Source: Le journal du médecin