Association Belge des Syndicats Médicaux

Communiqué du Front commun: Le médecin généraliste de garde se préoccupe plus du patient que la Ministre Maggie De Block


                                            

                            

 

 

Communiqué de presse du Front commun


Le médecin généraliste de garde se préoccupe plus du patient que la Ministre Maggie De Block

 

Lundi, le 26 octobre 2015. - La semaine dernière, la Ministre de la Santé, Maggie De Block, a sans aucune concertation avec les représentations syndicales généralistes présenté son budget 2016 pour les soins de santé. La proposition de budget avait été rejetée par le Conseil Général de l’INAMI.

 

Dans une atmosphère consensuelle, les représentants wallons, bruxellois et flamands des syndicats médicaux et des organisations de médecins généralistes[1] ont exprimé, lors d’une réunion le 22 octobre, leur indignation face au gel brutal de 10,2 millions d’euros, nécessaires au développement des postes médicaux de garde (PMG) sur tout le territoire belge, une réforme de la garde en médecine générale qui est un service public indispensable à la population.

 

Le développement des PMG sur tout le territoire belge doit être une priorité pour nos gouvernants. Renforcer la première ligne de soins en dehors des heures habituelles d’ouverture ainsi que sa visibilité, répond à deux objectifs :

  1. Augmenter la qualité des soins par l’optimalisation de l’organisation du système de soins et l’articulation entre les différentes lignes de soins pour assurer les meilleurs soins au meilleur endroit, par le prestataire le plus adéquat au moment le plus opportun.
  2. Augmenter l’attractivité de la profession de généraliste en lui assurant la sécurité et l’optimalisation de l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, par la diminution du nombre nécessaire de généralistes de garde.
 

Les mesures « De Block » vont totalement à l’encontre de ces deux objectifs, en hypothéquant la couverture en PMG sur tout le territoire belge pendant le weekend et en soirée de semaine.

Le système de triage des appels des patients avec numéro d’appel unique le « 1733 », revendiqué depuis longtemps avec force par les généralistes, peine à se développer. La responsabilité de nos gouvernants est fortement engagée dans la lenteur de ce processus. Les généralistes ne peuvent attendre la couverture de tout le territoire par le 1733 avant d’avancer dans le développement des PMG.

 

L’amertume, la déception et la colère sont grandes au sein des organisations réunies: il est totalement inacceptable qu’une ministre balaye unilatéralement et sans aucune concertation préalable des accords déjà établis. Les syndicats et les organisations de médecins généralistes revendiquent que le principe fondamental d’une concertation entre les pouvoirs publics et les acteurs de terrain soit réinstauré et respecté. Nombreux sont les généralistes qui ont travaillé des centaines d’heures pour élaborer la réforme de leur système local de garde, souvent bénévolement. Le gel imposé réduit à néant ce travail remarquable. Le risque est grand de voir disparaître pour longtemps la motivation de ces généralistes et leur confiance dans nos gouvernants.

 

Les syndicats se posent sérieusement la question de savoir si dans ces conditions des négociations pour un nouvel accord médico-mutuelliste ont encore un sens, si le ministre en charge ne s’y conforme pas ultérieurement.

 

Entretemps la Ministre Maggie De Block, grâce à nos interventions, a fait partiellement marche arrière: le Conseil des Ministres a décidé vendredi dernier, le 23 octobre, d’octroyer un certain budget pour le financement des frais d’installation des PMG dont la demande a été déposée à l’INAMI avant le 12/10/2015.

 

Le 29 octobre prochain, les organisations de médecins généralistes et les syndicats médicaux seront reçus au Cabinet de la Ministre pour recevoir sans doute plus d’explications. Si cette rencontre n’aboutit pas à un engagement d’un soutien ferme au développement rapide de la garde en médecine générale et plus largement à un soutien ferme à la première ligne de soins dans sa multidisciplinarité et son rôle dans le traitement des malades atteints de maladie chronique, des actions de la part des médecins ne sont pas exclues.

 

FAG: Dr Guy Delrée                                                          FAMGB: Dr Michel de Volder
Domus Medica: Dr Maaike Van Overloop                          Wachtposten Vlaanderen: Dr Stefan Teughels
GBO et MoDeS: Dr Anne Gillet                                         ASGB et Cartel: Dr Reinier Hueting        
ABSyM: Dr Jacques De Toeuf                                           BVAS: Dr Marc Moens                                                 
SVH: Dr Herman Moeremans                                            AADM: Dr Peter Hoffman



[1] le FAG (Forum des Associations de Généralistes), la FAMGB (Fédération des Associations des Médecins Généralistes de Bruxelles), Domus Medica (association de médecins généralistes flamands), et Wachtposten Vlaanderen ; le GBO (Groupement Belge des Omnipraticiens) et l’ASGB (Algemeen Syndicaat der Geneeskundigen van België) réunis en Cartel avec le MoDeS, l’ABSyM-BVAS (Association Belge des Syndicats Médicaux-Belgische Vereniging van Artsensyndicaten), AADM (Alliantie Artsenbelang-Domus Medica) et le SVH (Syndicaat van Vlaamse Huisartsen)