Vaccination contre les infections causées par le papillomavirus humain

Avis n° 9181

En 1976 déjà, on présumait l’existence d’un lien entre le cancer du col de l’utérus et une infection antérieure du col utérin (Zur Hausen, 1976). Cette hypothèse a été étayée en 1983 lorsque Dürst et ses collaborateurs ont découvert, dans environ la moitié des cas des biopsies de carcinomes cervicaux, la présence d’un génotype de papillomavirus humain (HPV) (Dürst et al., 1983). Durant les années suivantes, les indices d’un lien causal entre les infections à HPV et le carcinome cervical sont devenus de plus en plus évidents. Nous savons maintenant que le HPV peut être détecté dans presque tous les cas (99,7%) de cancer du col de l’utérus (Walboomers et al., 1999 ; Bosch et al., 2002). L’infection génitale à HPV est l’une des maladies infectieuses sexuellement transmissibles les plus fréquentes : elle s’acquiert le plus souvent dès les premières relations sexuelles. Elle constitue une cause nécessaire mais pas suffisante pour le développement d’un cancer du col utérin. Ce n’est en effet que dans une faible minorité de cas qu’elle entraînera effectivement un cancer du col utérin (Helmerhorst & Meijer, 2002). En effet, seuls certains génotypes, à savoir les HPV dits à haut risque, provoquent le cancer du col ; la plupart des femmes se débarrassent de cette infection spontanément. On a pu montrer que le cancer est induit par une infection à HPV à haut risque qui persiste plus de 12 à 18 mois, ce qui est le cas chez 5 à 10% des femmes. 

Le lien entre une infection persistante par HPV et d’autres types de cancers anogénitaux comme les cancers de la vulve, du vagin, du pénis et de l’anus et, plus récemment, certains cancers oro-pharyngés (D’Sousa et al., 2007), a pu être confirmé. 

Le lien entre infection par HPV et verrues génitales est également démontré. 

 

La vaccination contre les papillomavirus humains est recommandée, depuis 2007, par le CSS pour les jeunes filles de 10 à 13 ans, à titre de vaccination de base pour prévenir principalement le développement du cancer du col de l’utérus et également d’autres cancers provoqués par les HPV (CSS 8367). 

 

L’évolution des connaissances concernant les infections à HPV ainsi que les celles sur les vaccins HPV nécessite une mise à jours de l’avis du CSS pour la vaccination contre les HPV.

 

Cliquez ICI pour lire l'avis complet du Conseil Supérieur de la Santé

Date de publication: 02/10/2017
 

KCE