Séquelles psycho-sociales

Avis n° 9403

Début 2017, le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) a reçu une demande d’avis urgente de Mme la Ministre Maggie De Block, Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, au sujet de la prise en charge et du soutien psychologiques des personnes après des incidents terroristes ou des catastrophes apparentées. Cette demande se situait dans le cadre de la préparation du projet de loi portant création du statut de solidarité nationale pour les victimes d’actes de terrorisme, portant octroi d’une pension de dédommagement et visant au remboursement des soins médicaux. En effet, ces soins englobent également les soins de santé mentale qui doivent ou sont susceptibles d’être prodigués aux victimes, ainsi que, le cas échéant, à leur famille ou à leurs proches, dans le but de les accompagner et de les soutenir dans leur processus de rétablissement et de limiter les troubles psychologiques chroniques et les dysfonctionnements dans différents domaines de l'existence qui en peuvent en découler. Cette demande a fait l’objet d’un avis préliminaire provisoire du CSS validé en mai 2017 (CSS 9425).2 Par la suite, le CSS a décidé d’élaborer un avis complet sur la prise en charge et le soutien psychologiques suite à des situations d’urgences individuelles ou collectives, qui reprend les réponses aux questions de la Ministre, mais sans se limiter à celles-ci. 1 Le Conseil se réserve le droit de pouvoir apporter, à tout moment, des corrections typographiques mineures à ce document. Par contre, les corrections de sens sont d’office reprises dans un erratum et donnent lieu à une nouvelle version de l’avis. 2 CSS 9425 - Eléments de réponse sur la prise en charge et le soutien psychologiques après des incidents terroristes ou des catastrophes apparentées.

 

Le but de l’avis est ainsi de donner des recommandations concernant la prévention et l’accompagnement des troubles psychologiques résultant de situations d’urgences individuelles ou collectives, pour toutes les personnes impliquées mais aussi pour la population générale. Par « personnes impliquées », le CSS entend toutes les personnes présentes sur les lieux d’une situation d’urgence, leur famille et proches, les témoins et les intervenants, qui ont développé une souffrance et/ou des besoins spécifiques d’accompagnement et/ou dont le fonctionnement est perturbé ; y compris d’autres personnes en fonction des évaluations individuelles. En effet, toutes les personnes impliquées doivent pouvoir bénéficier des mêmes ressources, quelle que soit la situation d’urgence (individuelle ou collective). Ces recommandations visent à la fois le niveau organisationnel (organisation du trajet de soins, formation des professionnels, enregistrement et évaluation, communication) et le niveau individuel (interventions cliniques). Les objectifs de l’avis sont donc multiples et comprennent l’élaboration de : - recommandations organisationnelles sur la manière de se préparer à ce genre d’évènement, et notamment la formation des professionnels impliqués ; - recommandations concernant la prise en charge clinique des personnes impliquées, à l’attention des professionnels de la santé (prise en charge de crise, identification des personnes nécessitant un soutien spécifique, définition des interventions possibles) ; - recommandations sur la manière de communiquer après un évènement de ce type (avec une attention particulière pour les enfants). Par des propositions plus concrètes concernant les approches psychosociales, cet avis complète l'avis CSS 92353 et les suivants concernant les mesures d'urgence nucléaire.

 

Cliquez ICI pour lire l'intégralité de l'avis du Conseil Supérieur de la Santé

Date de publication: 14/12/2017
 

KCE