Infections urinaires

Avis n° 8889

Les infections des voies urinaires (IVU) figurent parmi les infections associées aux soins les plus courantes et représentent environ 18 % de l'ensemble des infections nosocomiales en Belgique. Les cathéters urinaires à demeure chez les patients hospitalisés constituent une source importante d'infections ; ce type d’infections est à l’origine de 20 % de l'ensemble des septicémies en milieu hospitalier. Il s’agit clairement d’une préoccupation de santé publique. Le diagnostic d’une IVU repose sur le constat de symptômes cliniques, combiné à des résultats de culture d’urine significatifs. La réalisation d’une culture d’urine en l’absence de symptôme clinique n’est pas indiquée. Les mesures les plus importantes et simples à mettre en application sont la diminution de l’utilisation, souvent non indispensable, des cathéters urinaires et le non-traitement des infections urinaires asymptomatiques. En effet, on ne peut que constater qu’il y a trop de cathéters à demeure et qu’une proportion importante des antibiotiques est prescrite pour des IVU sans que leur usage soit toujours approprié. Il ne faut cathétériser qu'en présence d'une indication spécifique formelle et ne pas laisser le cathéter en place plus longtemps que nécessaire. Ce document reprend une synthèse des indications de cathétérisme et les formes conseillées. Des alternatives sont proposées (en fonction de l’indication). En termes de mesures préventives relatives au choix du matériau, le niveau de preuve est insuffisant pour déterminer quel est le meilleur type de cathéter pour le drainage vésical à long terme chez les adultes. Néanmoins, la préférence sera accordée aux cathéters en silicone car ils réduisent le risque de formation de dépôts chez les patients cathétérisés à long terme. 

 

En matière de prévention des infections urinaires, les cathéters lubrifiés n’offrent pas de plusvalue par rapport aux cathéters non lubrifiés. Il est recommandé de n’appliquer qu’un lubrifiant à usage unique (présenté dans un emballage stérile) chez les hommes et chez les femmes, de ne pas utiliser de lubrifiant à action désinfectante et/ou anesthésiante en routine et de respecter le temps de contact prescrit lors de l'application d'un lubrifiant ayant une activité anesthésiante. Outre la limitation de l'utilisation de cathéters et de leur durée, les autres approches permettant d’assurer un cathétérisme à demeure de qualité sont : l’assurance d’une mise en place aseptique et atraumatique, le maintien d’un système de drainage continuellement clos et l’obtention d’une bonne diurèse et un drainage libre et continu. Ce document reprend également les réponses à une compilation de questions les plus fréquemment posées ainsi qu’un chapitre spécifiquement dédié aux indicateurs de qualité et aux carebundles. Il est essentiel que le patient soit dûment informé, impliqué et participe à ses propres soins ; des informations pratiques sont à cette fin reprises dans une annexe spécifiquement dédiée à l’empowerment du patient.

 

Cliquez ICI pour lire l'avis complet du Conseil supérieur de la santé

Date de publication: 21/09/2017
 

KCE