Association Belge des Syndicats Médicaux

Substitution obligatoire

"Médicaments les moins chers " moteur de recherche INAMI

Antibiotiques et antimycosiques – Délivrance obligatoire des médicaments les moins chers

Les mises à jour sont surlignées en jaune - 01/06/2012

Si un médecin/dentiste prescrit un antibiotique ou un antimycosique pour un traitement aigu :

  • sous le principe actif : les règles  de la prescription sous DCI sont d’application
  • sous un le nom de la marque : à partir du 1er mai 2012, le pharmacien doit délivrer dans le groupe des « médicaments les moins chers ».

Cette nouvelle règle ne demande qu’une seule adaptation dans la manière de prescrire un antibiotique ou antimycosique : la mention éventuelle d’une objection médicale au choix d’une autre marque (substitution) par le pharmacien.

Sur base du choix du traitement par le prescripteur, le pharmacien délivrera un  médicament appartenant au groupe des « médicaments les moins chers ».

 

Vous pouvez consulter  la brochure " Délivrer le médicament le moins cher"

 

En quoi consiste exactement la nouvelle mesure ?

A partir du 1er mai 2012, pour les antibiotiques ou antimycosiques, le pharmacien devra exécuter une prescription faite sous un nom de marque pour un traitement aigu, suivant les mêmes règles que pour une prescription en dénomination commune internationale (DCI).

Cela veut dire que le pharmacien doit délivrer un des antibiotiques ou antimycosiques qui appartient au groupe des « médicaments les moins chers », Comme pour la prescription en DCI, le groupe des « médicaments les moins chers” comprendra au moins trois spécialités différentes.

C’est en raison du caractère généralement court ou aigu du traitement (ne nécessitant pas de continuité dans la marque utilisée pour un traitement), que la substitution est exclusivement autorisée pour ces deux classes de médicaments – antibiotiques et antimycosiques.

 

Attention

Si la prescription concerne un traitement (par exemple, la mucoviscidose) qui nécessite une autorisation du médecin-conseil de la mutualité (chapitre IV), ce traitement est considéré comme chronique et le pharmacien ne peut pas substituer le médicament prescrit par une autre marque. Les patients ne seront donc pas confrontés, durant leur traitement, à un changement de marque de leur médicament.

 

Source : INAMI

Date de publication: 03/11/2013