Association Belge des Syndicats Médicaux

11/06/2015 - Communiqué de l'ABSyM - Tiers payant obligatoire: en France aussi

 Bruxelles, le 11 juin 2015

 

Le mouvement d’opposition à la Loi Santé en France a gagné tout le pays. Chaque région se bat et se concurrence dans l’intensification de la résistance. Le gouvernement de François Hollande ne cède pas un pouce de terrain. Dans la philosophie socialiste, le médecin est au service de l’État et non du patient.

 

Chacun durcit sa position.

 

Les médecins français, soutenus par les patients et accompagnés de tous les autres prestataires de soins, se battent depuis plus de six mois. L’enjeu en est l’autonomie des médecins, la relation médecin/patient, la médecine au service du patient.

 

Déjà, ils ont rempli les rues de Paris et de diverses métropoles. Déjà, ils ont entrepris des grèves des soins sans nuire aux patients. Ils sont décidés ! Décidés à résister, à défendre leur éthique, leur raison d’être, leurs patients. D’ores et déjà, ils sont décidés à aller jusqu’au bout. Le maintien de la Loi Santé les conduira à la désobéissance civile. C’est décidé.

 

Nous avons rencontré nos confrères français qui connaissent les mêmes problèmes que nous, avec un gouvernement dont la couleur est pourtant différente. Comme quoi, qu’ils soient de gauche ou de droite, les gouvernements semblent tous être anti-médecins. C’est compréhensible, le médecin qui prescrit au malade ce dont il a besoin génère des dépenses qui gonflent les budgets des soins de santé.

 

Les médecins sont les mal-aimés de tous. Ils sont pourtant les seuls défenseurs des patients et tous les sondages montrent qu’ils sont les rares professionnels à jouir de la confiance du public, contrairement aux politiciens. Ils doivent s’en montrer dignes et ne pas céder aux attaques et aux menaces dont ils sont l’objet.

 

Les médecins français rappellent que le serment d’Hippocrate précise : «  je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission. » C’est pour eux in-négociable. Ils rappellent aussi le combat des médecins belges en 1964, qui a préservé l’indépendance de ceux-ci. C’est pour eux un exemple.

 

Tâchons de ne pas déchoir de cette valeur d’exemple que nous avons donné en montrant la même résistance que nos prédécesseurs.

 

Docteur Roland LEMYE

 

 

Pour plus d’informations sur ce communiqué de presse, veuillez contacter:

Le secrétariat de l’ABSyM sur info@absym-bvas.be ou au 02/644 12 88

Date de publication: 11/06/2015