Association Belge des Syndicats Médicaux

Incidents cardiovasculaires

Rôle des statines dans la prévention primaire des incidents cardiovasculaires

KCE Report 306B

 

LE PLUS IMPORTANT RESTE L’ADAPTATION DU MODE DE VIE

L’évaluation du risque de maladie et/ou d’incident cardiovasculaire des patients incombe à leur médecin traitant. Certaines personnes présentent ainsi déjà un risque accru de décéder d’une maladie cardiovasculaire endéans les dix ans du simple fait de leur état de santé – c’est notamment le cas en présence d’une maladie cardiovasculaire établie (qu’elle ait déjà ou non donné lieu à un incident), d’un diabète de type 1 ou 2, d’une hypercholestérolémie familiale ou d’une néphropathie chronique.

 

Chez les patients qui ne souffrent pas de ces problèmes bien spécifiques, le médecin peut s’appuyer sur le tableau SCORE (Figure 1) en tenant compte du contexte individuel de son patient, de son mode de vie et de ses facteurs de risque génétiques et psychosociaux.

 

Si l’état de santé du patient ou le tableau SCORE permettent de conclure à un risque modéré, élevé ou très élevé, il conviendra en première instance d’examiner avec lui les alternatives possibles à la prise de statines, telles qu’une adaptation du mode de vie (bouger davantage, arrêter de fumer, manger plus sainement et boire moins d’alcool). Il conviendra toutefois ici de prendre en compte son statut socio-économique – et notamment son niveau de littératie en santé (« health literacy » ou alphabétisation en santé) ; par la suite, ces changements devront en outre être régulièrement abordés avec le patient et évalués.

 

Si ces mesures s’avèrent insuffisantes, un traitement préventif par statines pourra être envisagé. Cette décision devra toutefois être prise d’un commun accord par le médecin et le patient, ce dernier devant être soigneusement informé des avantages et inconvénients de la prise de statines. Il devra également être bien conscient qu’il devra désormais en principe prendre ces médicaments tous les jours… ce qui, comme en témoigne la piètre observance thérapeutique constatée dans notre pays, est manifestement loin d’être une mince affaire. Enfin, il est important de ne pas créer chez le patient une fausse impression de sécurité : il doit savoir qu’un traitement par statines n’offre en aucun cas la garantie qu’il ne sera jamais victime d’un problème cardiovasculaire et qu’un mode de vie sain reste, à côté de la prise du médicament, la mesure la plus importante. 2 Suivant les recommandations belges actuelles, le recours aux statines en prévention primaire devrait idéalement être réservé aux patients qui ont un taux de LDL-C supérieur à 115 mg/dl ET un niveau de risque de 5 à 10% suivant le tableau SCORE. À l’étranger, certaines recommandations mentionnent aussi des valeurs-cibles spécifiques à atteindre pour le LDL-C, mais ces valeurs sont variables et ne reposent pas sur des données suffisamment fiables. En Belgique, il n’existe donc pas de telles cibles (« targets ») recommandées. Dans le prolongement du présent rapport, nous avons l’intention de développer un outil d’aide à la prise de décision conjointe entre médecin et patient.

 

RECOMMANDATIONS

Aux médecins et aux associations de médecins : 

  • Il est important de suivre les recommandations existantes avant de prescrire des statines, notamment celles relatives à l’adoption d’un mode de vie sain. Ces mesures sont en effet de nature à éviter la prise de ces médicaments à une fraction non négligeable des 1,5 million de Belges traités chaque année par statines. 
  • Il est important de prendre suffisamment de temps pour discuter avec le patient des avantages et inconvénients des statines et de la nécessité d’une bonne observance thérapeutique, afin de parvenir à une décision partagée et mûrement réfléchie. Le KCE développe actuellement un outil pour soutenir cette prise de décision partagée

 

Aux associations de patients et aux mutualités :

  • Il est important d’informer régulièrement les affiliés et la population des avantages et inconvénients des statines et de continuer à insister sur l’importance d’un mode de vie sain

 

DOCUMENTS

Date de publication: 20/01/2019