Association Belge des Syndicats Médicaux

Chiffres récents

La Commission de planification - Offre médicale publie une étude détaillée de l’activité des médecins sur le marché du travail belge

 

Ce rapport analyse les résultats du couplage de données entre plusieurs sources : la banque fédérale des professionnels des soins de santé (Cadastre), l’INAMI et le Datawarehouse Marché du travail et protection Sociale. Il fournit une description détaillée de l’activité des professionnels : âge, sexe, région, communauté, diplôme, secteurs d’activité, statut professionnel…

 

Sur la base de ce rapport descriptif, des scénarios d’évolution future de la profession seront développés par les membres de la Commission en utilisant un modèle de projection qui mettra en perspective l’offre des professionnels et la demande en soins de la population belge.

 

Cette publication constitue une source de données considérable pour mieux cerner la complexité de la planification de l’offre médicale.

 

L’étude « Médecins sur le marché du travail 2004-2016 » prend la forme de 49 rapports qui présentent l’évolution de l’activité pour chacune des spécialités ou groupe de spécialités médicales sur 13 années consécutives soit de 2004 à 2016 grâce à la méthode du couplage approfondi des données.

 

Sur les 55.678 médecins répertoriés en droit de prester sur le territoire belge en 2016, 32.584 (soit 58,5%) sont actifs dans le secteur des soins de santé, ce qui représente 28,8 médecins pour 10.000 habitants et un nombre d’équivalents temps plein égal à 33.259. Ces résultats sont ventilés pour chaque spécialité, selon le sexe, l’âge et la nationalité des prestataires, mais également selon les régions et communautés. Une constatation notable est la proportion de médecins actifs dans le secteur des soins de santé âgés de plus de 60 ans. Avec 25%, cette proportion est la plus élevée depuis 2004 et est préoccupante pour la médecine générale où elle atteint 34%.

 

En ce qui concerne la répartition entre médecins généralistes et spécialistes, on observe une diminution constante de la part de la médecine générale entre 2004 et 2016. Cette proportion passe de 45,5% en 2004 à 38,5% en 2016.

 

Même si cette description n’est qu’une première étape dans le processus d’analyse de la force de travail sur le territoire belge, les membres de la commission attirent déjà l’attention sur plusieurs spécialités. Ces spécialités méritent une attention particulière, notamment en ce qui concerne la planification ultérieure de l'influx et la définition des sous-contingents, une compétence des Communautés flamande et française.

 

Surplus observé

  • Neurochirurgie
  • Gynécologie-obstétrique

 

Risque de surplus

  • Radiothérapie-oncologie
  • Radiodiagnostic
  • Pédiatrie
  • Cardiologie
  • Gastro-entérologie
  • Pneumologie
  • Neurochirurgie
  • Chirurgie
  • Anesthésie-réanimation

 

Risque de manque

  • Médecine interne (générale)
  • Oncologie médicale

 

Manque observé

  • Médecine générale
  • Rhumatologie
  • Médecine légale
  • Psychiatrie
  • Gériatrie

 

Consulter le rapport:

 

Source: SPF Santé publique

Date de publication: 25/09/2019