Association Belge des Syndicats Médicaux

ISP: Fin de l'épidémie de grippe

15.03.2017


L'Institut scientifique pour la Santé publique (ISP) annonce la fin de l'épidémie de grippe.

 

La semaine du 6 au 12 mars, le nombre de consultations pour syndrome grippal chez un généraliste est resté inférieur au seuil épidémique pour la deuxième semaine consécutive (89 consultations pour 100 000 habitants). Par conséquent, l’ISP annonce dès aujourd’hui la fin de l’épidémie de grippe en Belgique. Les virologues et épidémiologistes de l’ISP appellent néanmoins à la prudence car le virus de la grippe continuera de circuler, certes beaucoup moins massivement, au cours des semaines à venir.


385 000 personnes affectées d’un syndrome grippal dont 250 000 cas de grippe.

L’épidémie de grippe hivernale qui a touché notre pays entre le 9 janvier et le 26 février a été relativement courte (7 semaines) et son intensité modérée. Le pic a été atteint durant la semaine du 30 janvier au 5 février, avec 745 consultations pour syndrome grippal pour 100 000 habitants. Comme en 2014-2015 – saison durant laquelle le virus A(H3N2) avait également circulé – les personnes âgées ont été relativement plus nombreuses à être touchées qu’au cours d’autres épidémies de grippe.

 

Sur la base de la surveillance réalisée par son réseau de médecins vigies – 130 généralistes géographiquement répartis sur l'ensemble du pays – l’ISP estime que 385 000 personnes ont consulté un généraliste pour un syndrome grippal durant les sept semaines d’épidémie :

  • 26 000 enfants de moins de 4 ans
  • 70 000 enfants de 5 à 14 ans
  • 260 000 adultes de 15 à 64 ans
  • 29 000 personnes âgées de plus de 65 ans

Les analyses virologiques de l’ISP indiquent que 250 000 personnes environ auraient effectivement contracté le virus de la grippe en Belgique.

 

Mortalité hivernale  
L’ISP assure une surveillance hebdomadaire de la mortalité au sein de la population en Belgique, mais le nombre de décès imputable à la seule épidémie de grippe est inconnu. « Nos modèles statistiques nous permettent uniquement d’obtenir des données relatives à la mortalité ‘toutes causes confondues’ au sein de la population», prévient Sébastien Daems, porte-parole de l’ISP. « Il serait donc faux de dire que la surmortalité hivernale est uniquement liée à la grippe. D’autres facteurs, comme les températures froides ou la pollution atmosphérique, doivent également être pris en considération ». À titre d’exemple, l’ISP avait déjà constaté un excès de mortalité fin décembre 2016, alors que l’épidémie de grippe n’avait pas encore commencé.

 

Entre le 2 janvier et le 19 février (dernières données disponibles), les modèles statistiques de l’ISP anticipaient 15 636 décès. Dans les faits, 18 778 décès ont été rapportés, ce qui représente une surmortalité significative de 3142 décès (+20 %). Deux pics d’excès de mortalité ont par ailleurs été enregistrés durant cette période :

  • Entre le 9 et le 15 janvier : 513 décès supplémentaires, soit 23 % d’excès de mortalité
  • Entre le 30 janvier et le 5 février : 673 décès supplémentaires, soit 30 % d’excès de mortalité

La surmortalité a davantage touché les personnes de plus de 85 ans. Entre le 2 janvier et le 19 février, 8 598 décès ont été rapportés au sein de cette tranche d’âge de la population, soit une surmortalité significative de 2024 décès (+30%). À partir du 5 janvier et jusqu’au 19 février, des excès de mortalité quasi quotidiens ont été enregistrés chez les personnes de plus de 85 ans.

 

L’ISP souligne que les taux de mortalité (toutes tranches d’âges confondues) observés cette année sont similaires à ceux rapportés lors de l'épidémie de grippe de 2014-2015 qui  fut, elle, de forte intensité. Ces données préliminaires corroborent donc le scénario selon lequel des facteurs exogènes, autres que la grippe, ont influencé la (sur)mortalité hivernale.

 

Virus en circulation et adéquation avec la souche vaccinale
Comme lors de l’épidémie de 2014-2015, le virus A(H3N2) a circulé majoritairement en Belgique durant la saison grippale 2016-2017. Les souches circulantes sont restées proches de la souche A(H3N2) incluse dans les vaccins trivalents et quadrivalents contre la grippe disponibles en Belgique. Très peu de virus A(H1N1) et B ont été détectés durant cette saison.  

 

Source: www.wiv-isp.be