Association Belge des Syndicats Médicaux

L’ABSyM a été entendue : les médecins peuvent continuer à exercer les soins courants

 

Aujourd’hui, le comité de concertation a annoncé de nouvelles mesures plus strictes dans la lutte contre le Covid-19.  L’ABSyM se réjouit que les généralistes et les spécialistes extra-hospitaliers puissent continuer à exercer les soins courants.  Contrairement au lockdown du printemps, ils peuvent continuer à recevoir les patients pour des soins non-urgents dans leur cabinet.

 

Bruxelles, le 30 octobre.

 

Lorsque la première vague avait fait rage en mars et avril dernier, les médecins hospitaliers et non-hospitaliers avaient reçu du Gouvernement l’instruction de reporter toutes les consultations, les examens et les interventions.  L’ABSyM avait souligné à plusieurs reprises qu’un tel report posait de graves risques pour la santé des patients et notamment pour les patients atteints d’une maladie chronique.

 

Il est raisonnable que le Gouvernement n’intervienne plus de manière aussi drastique qu’au printemps dernier, il répond ainsi aux préoccupations légitimes de l’ABSyM.  Au sein des hôpitaux, les médecins spécialistes peuvent continuer à consulter pour les soins courants dans la mesure où l’organisation des soins pour les patients COVID-19 le permet.  En dehors de l’hôpital, il n’y a actuellement aucune restriction, ni pour les médecins généralistes ni pour les spécialistes extra-hospitaliers en ce qui concerne les consultations pour autant bien entendu que les mesures d’hygiène et de matériel de protection soient strictement respectées.  Il est vital pour les patients que les médecins soient autorisés à garder les portes de leur cabinet ouvertes.

 

Contrairement à d’autres organisations médicales qui avaient demandé, lors du premier lockdown, d’arrêter les visites à domicile et de limiter les consultations au strict minimum, l’ABSyM a toujours mis les intérêts du patient au premier plan, dans le plus grand respect de la sécurité sanitaire de la population et en vue de pouvoir réduire la pandémie.  A cette occasion, la section bruxelloise de l’ABSyM avait même organisé l’achat de matériel de protection.

 

Dr Philippe Devos,

Président