Association Belge des Syndicats Médicaux

Communiqué de l'ABSyM: Journée mondiale des médecins généralistes

Bruxelles, le 19 mai 2015

 

L’organisation mondiale des médecins généralistes a proclamé le 19 mai Journée mondiale des médecins généralistes. Il est d’usage que l’Association Belge des Syndicats Médicaux (ABSyM) profite de cette occasion pour remercier les médecins généralistes pour le rôle important qu’ils occupent dans notre société.

 

Le médecin généraliste n’est pas seulement un médecin mais une personne de confiance de premier plan pour son patient. Au quotidien, le médecin généraliste s’implique dans les soins continus prodigués aux patients et il/elle constitue le lien personnalisé entre le patient et le monde des soins de santé.

 

Exerçant une profession libérale, le médecin généraliste est libre de décider de la façon dont il souhaite organiser sa pratique. L’ABSyM lutte journalièrement et de toutes ses forces pour offrir à chaque médecin le meilleur environnement pour le faire. À l’heure actuelle, les médecins généralistes sont toutefois davantage confrontés à des autorités publiques avides de mesures de plus en plus contraignantes. Un exemple édifiant de ce constat réside dans l’obligation de la réglementation du tiers payant qui débutera en principe en juillet 2015. L’ABSyM reste convaincue qu’un système de tiers payant doit exister mais uniquement pour les patients qui en ont réellement besoin. Elle prône un « libre choix » plutôt qu’une « obligation » pour le médecin. En sa qualité de détenteur du Dossier Médical Global (DMG), le médecin généraliste est en effet le mieux placé pour identifier les patients dont la situation financière exige l’application du tiers payant.

 

Cela vaut également pour tout ce qui concerne la technologie de l’information dans le domaine des soins de santé. En vue de garantir aux patients des soins hautement qualitatifs et efficaces, les technologies de l’information et de la communication (TIC) vont prendre une place sans cesse plus importante, on ne peut ignorer cet état de fait. Les soins devenant toujours plus spécialisés et chroniques, le patient est amené à être en contact avec un plus grand nombre de médecins. Parallèlement, davantage de pratiques de groupe et de réseaux se créent, la répartition des tâches et la collaboration sont plus fréquentes, les patients se sentent davantage concernés par les données médicales qui leur sont propres… La communication n’en est que toujours plus conséquente. Mais elle ne peut se faire qu’au travers d’une informatisation globale des soins. Il va de soi que ces adaptations doivent avoir lieu dans le plus grand respect de la vie privée de chacun et sans aucune obligation.

 

En tant que médecin généraliste, vous avez sans conteste dû ressentir l’impact de l’informatisation sur votre pratique, au cours de ces dernières années. Chaque jour, le médecin généraliste compile symptômes, diagnostics, résultats d’examens et médication prescrite dans son dossier médical informatisé (DMI). De plus en plus nombreux sont les médecins généralistes qui utilisent la voie électronique pour prescrire des médicaments, à savoir        Recip-e. L’accord médico-mutualiste prévoit un montant forfaitaire pour les médecins généralistes qui chargent au moins 100 SUMEHRS via le DMI et le rendent accessible via Vitalink ou Intermed. À partir de 2016, l’allocation de pratique et la prime de télématique pour les médecins généralistes seront intégrées avec l’introduction, outre d’un montant fixe, d’un montant variable également, dont il est tenu compte avec l’utilisation effective de la télématique. Dans le futur, les TIC ne feront que croître dans la pratique de la médecine générale. L’ABSyM veillera par conséquent à ce que les garanties nécessaires puissent être offertes aux médecins.

 

Le Conseil d’administration de l’ABSyM

 

Pour plus d’informations sur ce communiqué de presse, veuillez contacter:

Le secrétariat de l’ABSyM sur info@absym-bvas.be ou au 02/644 12 88