Association Belge des Syndicats Médicaux

Communiqué de l'ABSyM: Rapport du KCE concernant l'évolution des gardes de médecine générale

L’ABSyM vient de prendre connaissance du rapport du KCE, de la volonté d'intégration de la garde de médecine générale aux services d'urgences hospitaliers, réaffectation des postes de garde de médecine générale, afin de réduire les frais engendrés par le recours inapproprié d'une population sous informée des coûts que ces consultations de services d'urgences génèrent.


Cette vision, d'une simplicité primaire, ne peut que conforter le sentiment d'une méconnaissance parfaite de la réalité de la profession de généralistes. Le projet de faire travailler 24h/24 7jours/7 les généralistes et pour cela abandonner leur travail de première ligne dans leurs cabinets relève d'un mépris tel qu’ils devront, par fierté et décence, le combattre et le boycotter.

 

Il est hors de question, pour l’ABSyM, de voir l'essence même des postes de garde de médecine générale – à savoir la qualité de vie professionnelle, familiale et la sécurité des généralistes – mise à mal par ce type de projets.

L'ABSyM veut le respect de la qualité du travail des médecins généralistes, le respect de la qualité de leur vie professionnelle et familiale, le respect de leur patientèle, respect incompatible avec ces démarches de théoriciens du KCE.


Mettre le tout à l'hôpital et laisser croire à la population que la proximité de la technologie est gage de qualité et de sécurité ne devrait plus avoir cours actuellement, et devrait être dénoncé ; c'est une véritable injure au travail quotidien et à l'abnégation de 10.000 généralistes qui ne comptent ni leurs heures de travail, ni leur disponibilité pour 11,2 millions de patients qui leur font confiance.

 

Une évolution de la garde en médecine générale verra probablement le jour dans quelque temps. Soit.

 

Mais la conception de la garde telle que proposée par le KCE transformerait la nature même du travail des généralistes et de leur profession. L’ABSyM s'y oppose totalement.

 

Répondre aux besoins consuméristes d'une population que les pouvoirs publics se devraient d'informer, n'est pas l'essence du métier du médecin généraliste.

 

Au lieu d'user leur énergie à vouloir réglementer la profession de médecin généraliste, certains membres du KCE devraient faire preuve d'un peu d'imagination et de courage en affrontant le comportement d'une population mal informée sur ce que les généralistes offrent comme possibilité de prise en charge, et sur ce qui ne relève en rien d'un service d'urgences dispendieux, et plancher sur les réels moyens à mettre en œuvre pour corriger les égarements de patients trop exigeants.

 

Mais cela est une autre histoire, qui demande un réel courage politique...

 

Dr Luc HERRY, Président de la Chambre syndicale des médecins de Liège-Luxembourg de l’ABSyM

Dr Roland LEMYE, Vice-président de l’ABSyM

Dr Jacques de TOEUF, Président de l’ABSyM