Association Belge des Syndicats Médicaux

Communiqué de l'ABSyM: Pas de pénurie médicale en Belgique

Bruxelles, le 13 mai 2015

 

Nous disposons enfin d’une analyse chiffrée du cadastre des professions médicales en Belgique. Les chiffres sont parlants. La Belgique comptait, en 2012, 51.420 médecins dont 68.3% actifs, c.-à-d. à peu près 35.000 médecins. Dont 16.144 généralistes avec 76% d’actifs, soit à peu près 12.000 généralistes actifs. ‘Actifs’ voulant dire effectuant des prestations remboursables par l’INAMI.

 

L’évolution montre, de 2004 à 2012, une stagnation du nombre de médecins généralistes et une augmentation des spécialistes de 14.5%. La répartition en âge montre qu’11% des spécialistes et 10% des médecins généralistes en activité ont plus de 65 ans.

 

On compte presque 5.000 médecins en formation en 2012. Ces chiffres peuvent être affinés en allant chercher les données statistiques de la Santé publique. Pour cette catégorie, on peut légitimement estimer que 100% sont actifs plein temps, dans le cadre de l’assurance maladie-invalidité, en conformité avec le statut réglementaire de cette catégorie de médecins. Pour les médecins généralistes, il y avait 717 médecins en formation en 2012, 810 en 2014. Les médecins candidats spécialistes s’élevaient à 3.962 en 2012 et à 4410 en 2014. 5200 médecins sont donc en formation. 

 

La lecture de ces données démontre que les départs à la retraite et les arrêts d’activité des médecins plus âgés ne doivent plus susciter d’inquiétude quant à la prise en charge sanitaire de la population puisque le nombre de candidats spécialistes qui, par définition, seront libres de travailler à 100% sur le marché des soins de santé, dépasse le nombre de sortants et ce, largement.

 

L’analyse des répartitions selon les régions montre, de façon frappante, une différence d’activité notable entre les collègues néerlandophones et francophones. En particulier en médecine générale, la sous-activité est frappante, à Bruxelles et en Wallonie, en comparaison avec la Flandre, lorsqu’on réfère l’activité à la définition ETP tenant compte de la production honoraires INAMI des médecins. Il existe donc une marge d’activité importante non actuellement sollicitée, qui permet également de réduire à néant toute appréhension quant à la capacité du système de santé d’assurer une couverture sanitaire confortable et convenable en Belgique.

 

Le rapport fourmille aussi de données détaillées par spécialité qu’il ne m’appartient pas ici de commenter.

 

On peut conclure que ce document apporte, dans tous les secteurs d’activité et dans toutes les régions du pays, un démenti fort par rapport aux assertions du monde politique francophone qui agitait constamment le spectre d’une future réduction drastique de la capacité médicale. C’est tout le contraire, ces chiffres démontrent l’existence de la pléthore médicale, en francophonie en particulier, et précise qu’il n’y a pas lieu de craindre à l’avenir les effets d’une prétendue pénurie de médecins en Belgique.

 

Il appartient donc maintenant aux responsables politiques francophones de prendre les mesures adéquates, pérennes et fortes, pour maintenir un quota limité de production de futurs médecins.

 

Dr de Toeuf

Président de l’ABSyM

 

 

Pour plus d’informations sur ce communiqué de presse, veuillez contacter:

Le secrétariat de l’ABSyM sur info@absym-bvas.be ou au 02/644 12 88