Association Belge des Syndicats Médicaux

Communiqué de l'ABSyM : L'ABSyM s'abstient lors du vote relatif au budget

Hier, lors du passage aux votes au Comité de l'assurance, l’Association Belge des Syndicats Médicaux (ABSyM) s’est abstenue à propos des économies supplémentaires à réaliser dans le cadre des soins de santé. Les mesures approuvées touchent une nouvelle fois les médecins de plein fouet mais, d’autre part, la ministre a également fait quelques concessions.

 

Au-delà des 20 millions d’euros d’économies déjà budgetisés, dans un contexte financier et économique difficile, la Task Force a été contrainte de trouver 50 millions d’euros d’économies supplémentaires qui viendront alimenter les caisses de l’assurance des soins de santé pour l’année 2014.

 

L’ABSyM déplore que, malgré l’accord  médico mutualiste, les honoraires de certains médecins spécialistes sont encore revus à la baisse. Force est de constater que dans ce cas on se pose toujours la question : le système d’accord a-t-il encore de l’avenir ? L’accord existant devra-t-il  être poursuivi en 2014, le Conseil d’administration de l’ABSyM tiendra compte du fait que, malgré l’accord,  des économies répétitives seront encore à réaliser sur les honoraires des médecins.

 

L’ABSyM prend acte des promesses formelles faites par la ministre, entre autre, les mesures de sécurité qui entreront en vigueur pendant les services de nuit et du week-end. L’ABSyM considère que l’insécurité qui menace les services de garde représente un problème urgent. L’ABSyM soumettra des propositions spécifiques à la ministre. Apparemment, il s’avère que la ministre repenserait également deux économies décidées initialement. Une économie de l’ordre de 16 millions d’euros en ECG a été remplacée par une économie de 8 millions d’euros, en coronographie, et le budget en mammographie digitale, de l’ordre de 8,3 millions d’euros, sera maintenu.

 

Pour toutes ces raisons l’ABSyM a préféré s’abstenir lors des votes relatifs au budget des soins de santé 2014. Les concessions faites par la ministre et le maintien de l’index (1,39%) pour toutes les prestations médicales représentent un signal positif et la condition nécessaire, mais pas suffisante, au maintien actuel du système de concertation. D’autre part, l’ABSyM déplore le manque d’espace de manœuvre pour les nouvelles initiatives.

 

Le Dr Roland Lemye

Président de l’ABSyM

 

Pour plus d’information sur ce communiqué de presse:

David Desmet, responsable de la communication de l’ABSyM, attaché du Président

david.desmet@absym-bvas.be, 0491/233.000