Association Belge des Syndicats Médicaux

Les points 6 à 10

  1. Soutien aux postes de gardes existants mais les cercles de généralistes décident du fonctionnement et de la création de nouveaux postes.
  2. La promotion de la transparence dans les soins. 
  3. L’informatisation au service du médecin et du patient. 
  4. Des logiciels financièrement abordables pour tous les médecins.
  5. Respect pour le médecin.

ELECTIONS MEDICALES 2018 - PROGRAMME ABSYM

Les points 6 à 10

 

6. Soutien aux postes de gardes existants mais les cercles de généralistes décident du fonctionnement et de la création de nouveaux postes.

L’ABSyM plaide pour le libre choix des médecins généralistes d’organiser la continuité des soins soit par un poste de garde soit par un service de garde au sein de leur cercle. Pour l’ABSyM les deux systèmes peuvent coexister.  Pour nous, il est important que les généralistes puissent décider eux-mêmes s’ils veulent organiser un poste de garde.  Le modèle de poste de garde ne peut être imposé.  Dans beaucoup de régions, les cercles de généralistes organisent correctement leur service de garde.  Si les généralistes choisissent à partir de leur pratique de participer au service de garde, ce choix doit être respecté avec le maintien des honoraires de permanence.

Si un poste de garde se créée, les cercles de généralistes doivent pouvoir décider eux-mêmes des heures d’ouverture, de son implantation et d’une éventuelle collaboration avec d’autres postes de garde.

Mais oui, vous pensez comme nous !

 

7. La promotion de la transparence dans les soins

Les mutuelles ont profité de la transposition d’une directive européenne sur la transparence pour obliger les médecins d’inscrire tous les frais du patient sur l’attestation de soins.  Demander un acompte est quasiment interdit, même pour les prestations non remboursées.  Les médecins spécialistes en biologie clinique, en anatomo-pathologie et génétique ne pourront plus bénéficier d’honoraires libres.  L’ABSyM est parvenue à limiter cette mesure à certaines prestations et exclusivement pour les patients non-hospitalisés.

L’ABSyM ne s’oppose pas à la transparence totale pour le patient mais celle-ci ne peut en aucun cas faire l’objet d’un plus grand contrôle par les mutuelles.  

Il est grand temps que les mutuelles deviennent aussi plus transparentes.

Mais oui, vous pensez comme nous !

 

8. L’informatisation au service du médecin et du patient

L’informatisation doit être au service des médecins et de leurs patients, mais pas au service des mutuelles ou des bureaucrates. C’est pour cela que l’ABSyM défend un développement progressif des applications e-Health. L’introduction de nouvelles applications ne peut pas se faire de façon précipitée : il faut d’abord qu’elles aient été suffisamment testées et que leurs facilités d’emploi soient assurées pour l’utilisateur. Il revient aux autorités de garantir la présence d’un système informatique performant et disponible en permanence. Dans le cadre des négociations autour de la prescription électronique des médicaments, obligatoire à partir du 1er juin 2018, l’ABSyM est parvenue à imposer deux exceptions : l’obligation ne s’appliquera pas aux médecins âgés de 62 ans ou plus à la date du 1er juin ni aux visites à domicile ou en institution.

Mais oui, vous pensez comme nous !

 

9. Des logiciels financièrement abordables pour tous les médecins

Le secteur des logiciels médicaux connaît actuellement une importante vague de consolidation. L’ABSyM veille à ce que les fusions successives de logiciels ne compromettent ni le respect de la vie privée ni le secret professionnel. Elle proteste contre les augmentations exubérantes de prix de logiciels et condamne fermement toute tentative de développement d’un monopole, émanant ou de l’État ou d’une entreprise privée. L’ABSyM reste attachée aux principes de l’économie de marché.

L’ABSyM œuvre également pour que les médecins spécialistes puissent également bénéficier d’une intervention de l’INAMI pour l’utilisation active du dossier médical informatisé.

Mais oui, vous pensez comme nous !

 

10. Respect pour le médecin

L’ABSyM plaide pour plus d’appréciation et de respect des médecins de la part du Gouvernement, des mutuelles, des patients et des médias.  Une grande majorité des médecins ne sont pas les individus avides d’argent tels que le décrivent volontiers les mutuelles et les médias mais des médecins motivés, courageux, ayant la fibre sociale pour qui les patients ont toujours une place centrale. L’ABSyM est l’organisation par excellence qui tient compte des médecins et diffuse des messages médiatiques dans un contexte approprié.   Il est bien loin le temps où « Monsieur le Docteur » appartenait aux notables du village, il n’est pas nécessaire de revenir en arrière.  Ces dernières années, on assiste à un excès dans l’autre sens.  La profession de médecin mérite bien un peu plus de reconnaissance sociale !

Mais oui, vous pensez comme nous !