Association Belge des Syndicats Médicaux

CIM - Commissaire Corona

Récentes mesures et approche gouvernementales de la pandémie COVID-19

 

 
15/04/2021 * La CIM Santé publique décide de reporter temporairement les premières administrations du vaccin J&J
 
 
La CIM Santé publique a décidé aujourd'hui de reporter temporairement les premières administrations des vaccins Johnson&Johnson/Janssen (J&J) qui devaient commencer ce vendredi, à la demande du fabricant et sur base de l'avis de la Task Force Vaccination. J&J a décidé hier de suspendre temporairement ses livraisons en Europe. Une nouvelle évaluation aura lieu au début de la semaine prochaine. En raison de l'approvisionnement limité en avril, cette décision n'aura pas d'impact significatif à court terme sur la stratégie de vaccination dans notre pays.
 
Hier, le gouvernement américain a suspendu pendant quelques jours l'administration du vaccin Johnson&Johnson/Janssen (J&J) après que plusieurs cas de thrombose sévère du sinus veineux cérébral, associée à un taux faible de plaquettes, ont été signalés1. Il s'agissait de 6 femmes (âgées de 18 à 48 ans) qui ont développé ces symptômes 6 à 13 jours après la vaccination, sur un total de 6,8 millions de doses administrées. Cette décision a été prise à titre préventif en attendant qu'un groupe d'experts indépendants du CDC - ACIP (Advisory Committee on Immunization Practices) examine ces cas et évalue les avantages par rapport aux risques.
 
 
Aujourd'hui, la firme J&J a également informé officiellement la Belgique qu'elle suspendait temporairement ses livraisons aux États membres de l'Union européenne. Elle demande aux pays qui ont déjà reçu des livraisons de vaccins de les placer en quarantaine pour le moment.
 
 
L'Agence européenne des médicaments (EMA) vient de relayer dans un communiqué cette décision de J&J et prévoit de formuler une recommandation sur le vaccin la semaine prochaine2. L'EMA maintient sa position selon laquelle les avantages du vaccin l'emportent sur les risques d'effets secondaires. Son comité de pharmacovigilance (PRAC) a déjà posé des questions supplémentaires à J&J et est en consultation permanente avec ses collègues américains de la FDA (Food & Drug Administration).
 
 
En Belgique, la première livraison de 36.000 vaccins J&J a eu lieu ce lundi. Les premières administrations (tests pilotes) étaient prévues pour le vendredi 16 avril. Dans le courant de la semaine prochaine, d'autres administrations étaient planifiées, entre autres dans le cadre de la vaccination à domicile. Dans la semaine du 26 avril, 62 400 doses supplémentaires étaient attendues. La firme pharmaceutique n'avait pas encore annoncé d'autres livraisons pour les mois de mai et juin.
 
 
Ce communiqué de presse est rédigé conjointement au nom des ministres formant la Conférence interministérielle Santé publique et Pedro Facon, Commissaire Corona du Gouvernement.
 
 
La Conférence Interministérielle Santé Publique est organisée et soutenue par la DG Soins de Santé du SPF SPSCAE.
 
 
 
08/04/2021  La campagne de vaccination se poursuit avec une réallocation des vaccins en Belgique
 
 
Aujourd'hui, le Conseil Supérieur de la Santé et la Task Force Vaccination ont soumis à la Conférence Interministérielle (CIM) Santé Publique leur avis sur l'allocation optimale des vaccins anti-COVID-19. En outre, les ministres ont pris connaissance des conclusions de l'Agence européenne des Médicaments (EMA), suite à une analyse de son Comité de pharmacovigilance (PRAC).
 
 
Le PRAC et l'EMA attirent l'attention sur les rapports d'effets secondaires très rares (combinaison d'une réduction du nombre de plaquettes et de thromboses graves) jusqu'à 14 jours après l'administration du vaccin AstraZeneca (AZ), en particulier chez des personnes jeunes, notamment en Allemagne, en France et au Royaume-Uni. Il s'agit de 100 cas sur plus de 25 millions de personnes vaccinées.
La CIM a donc décidé d'inviter les personnes âgées de moins de 56 ans à se faire vacciner avec les vaccins Moderna et Pfizer.
 
 
A partir de 56 ans, la vaccination réduit significativement les risques d'hospitalisation et de décès tandis que les effets secondaires attendus demeurent eux extrêmement rares. Pour illustrer cela, lors des 1ère et 2ème vagues de la pandémie (sur un an), Sciensano a comptabilisé le décès de 384 personnes âgées entre 56 et 60 ans et celui de 657 personnes entre 60 et 65 ans, soit une moyenne mensuelle de 32 et 55 décès dans ces tranches d'âge. Selon les chiffres actuels du PRAC, jusqu'à 100 cas de ces thromboses rares surviennent dans les 14 jours suivant la vaccination pour 25 millions de doses. Concrètement, pour la Belgique, cela signifie (sur 700.000 doses) un risque théorique de 1,4 cas chez les personnes de plus de 55 ans (en tenant compte d'une incidence de 1,3 pour 100.000 vaccinations et avec 15% des cas chez les plus de 55 ans).
 
 
En-dessous de 56 ans, les bénéfices de la vaccination avec l'AstraZeneca sont également importants. Mais les vaccins à ARNm (Pfizer et Moderna) et bientôt le vaccin de Johnson & Johnson peuvent également être administrés à ce groupe d'âge. Les livraisons de ces vaccins augmenteront également de manière significative à partir du mois de mai. Le rapport bénéfice/risque de ces vaccins semble être meilleur pour ce groupe plus jeune.
 
 
Cet ajustement n'a que peu ou pas d'impact sur la campagne de vaccination en cours, puisque les personnes âgées sont actuellement en cours de vaccination. Cette décision sera réexaminée dans 4 semaines.
 
 
Le risque d'effets secondaires rares après une deuxième dose du vaccin AZ ne peut être évalué pour le moment. Cela sera probablement possible dans les semaines à venir. De nouvelles données en provenance du Royaume-Uni (MHRA) sont attendues d'ici là. Par ailleurs, rien n'indique que des effets secondaires rares soient plus fréquents chez certains patients à risque.
 
 
Les vaccins destinés aux personnes de 18 à 55 ans ont d'ores et déjà été ajustés. Un petit nombre de personnes de moins de 56 ans, pour lesquelles le vaccin AZ était encore prévu, recevront un autre vaccin. Les personnes concernées ne doivent rien entreprendre, cela sera adapté automatiquement.
 
 
Cette décision a été prise en attendant d'éventuelles nouvelles découvertes scientifiques. D'autres éléments, tels que des problèmes d'approvisionnement de l'un des vaccins ou l'évolution de la situation épidémiologique, pourraient également amener à reconsidérer ces mesures. La Belgique a demandé, par l'intermédiaire de la Conférence des ministres de la santé de l'UE, que l'EMA procède à une analyse plus détaillée de l'analyse bénéfices/risques par groupe d'âge et qu'elle aborde d'urgence la question de la deuxième dose.
 
 
Ce communiqué de presse a été préparé au nom des Ministres suivants qui forment ensemble la Conférence interministérielle Santé publique:
• Frank Vandenbroucke - État fédéral
• Wouter Beke - Flandre
• Christie Morreale - Région wallonne
• Valérie Glatigny - Communauté française
• Bénédicte Linard - Communauté française
• Alain Maron - Commission communautaire commune et Commission communautaire française • Elke Van den Brandt - Commission communautaire commune et Commission communautaire flamande
• Antonios Antoniadis - Communauté germanophone,
Et Pedro Facon, le Commissaire Corona du Gouvernement.
 
La Conférence Interministérielle de Santé Publique est organisée et soutenue par la DG Santé du SPF SPSCAE.

 • Communiqué de presse de la CIM Santé publique et du Commissariat Corona au Gouvernement


 

10/02/2021 Communiqué de presse de la CIM, les Ministres de l’Enseignement et le Commissariat Corona du Gouvernement

 08/02/2021 Communiqué de presse de la Conférence interministérielle Santé publique (CIM) et du Commissaire Corona du Gouvernement.

 

Première vaccination avec le vaccin AstraZeneca pour certains groupes

 

Depuis le début de la campagne de vaccination, notre objectif a toujours été de protéger les plus vulnérables, ceux qui sont le plus exposés au risque d'hospitalisation et de décès. De cette façon, nous contribuons à éviter la surcharge de notre système de santé et du personnel soignant afin de garantir à chacun d’entre nous qu’il recevra les soins dont il a besoin. C’est à cette fin que, tous, nous poursuivons ces nombreux efforts depuis si longtemps.
Notre objectif demeure inchangé, même si de nouvelles informations sont disponibles depuis le début des vaccinations, comme c'est le cas aujourd'hui avec le vaccin Astra Zeneca.


En savoir plus

 


 

16/12/2020

Veuillez cliquez ICI pour lire la lettre adressée aux professionnels de première ligne au sujet de la campagne de vaccination 2021

 


 

 02/12/2020

 La CIM Santé publique s'est réunie à nouveau aujourd'hui pour discuter des différents domaines de l'approche de la pandémie COVID-19.


La Belgique souscrit à la procédure d'achat européenne pour le vaccin candidat Moderna
La Commission européenne négocie au nom des États membres les procédures d'achat de vaccins contre le COVID-19 et soumet les contrats aux États membres. En Belgique, le comité consultatif chargé de l'analyse des dossiers d'achat a donné un avis positif pour le candidat vaccin Moderna. La Conférence Interministérielle Santé publique a suivi ce conseil. Si ce vaccin reçoit une autorisation de mise sur le marché, la Belgique l'achètera.

Le contrat européen concerne l'achat de 80 millions de doses. La Belgique en achèterait 2 millions. Mi-novembre 2020, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a commencé l'évaluation en cours (rolling review) de ce candidat vaccin.  Cette procédure consultative d'achat est indépendante de l'octroi d'une autorisation de mise sur le marché d'un vaccin. Cela reste une compétence de l'EMA en coopération avec les autorités nationales compétentes. Si aucune autorisation de mise sur le marché n'est accordée par l'EMA pour le vaccin en question, le contrat sera dissous. Il n'existe actuellement aucun vaccin contre le COVID-19 autorisé par l'EMA.
Déjà à la mi-août 2020, le comité consultatif a rendu un avis pour le contrat relatif au vaccin candidat d'AstraZeneca et de l'université d'Oxford et en novembre 2020 pour le vaccin candidat de Janssen (Johnson & Johnson), Pfizer et BioNTech et CureVac.

La stratégie de vaccination COVID-19 est en cours de finalisation
La Task Force « opérationnalisation de la stratégie de vaccination COVID-19 » du Commissariat Corona du Gouvernement est dans la dernière ligne droite.  Demain, la stratégie de déploiement du programme de vaccination sera présentée lors d’une CIM supplémentaire. L’ampleur et la complexité du programme de vaccination sont uniques pour notre pays et nécessiteront l'engagement de nombreux acteurs et ressources.  La CIM décidera demain également des groupes prioritaires, du phasage, du cadre de la répartition des tâches entre ministres, des aspects logistiques relatifs à l’organisation d’une telle vaccination de masse et de l’organisation de la communication.


Renforcer les soins de santé mentale en première ligne
Enfin, un protocole d'accord a été conclu sur l'approche coordonnée visant à renforcer l’offre de soins psychiques dans le contexte de cette pandémie.  Cet accord concerne principalement le renforcement de ces soins en première ligne moyennant tant la fonction psychologique première ligne que des soins de santé mentale ambulatoires spécialisés. L’accord définit également certains groupes cibles prioritaires, tels que les enfants et les parents de familles vulnérables, les jeunes adultes, les prestataires de soins de santé et de l’action sociale et les personnes présentant des problèmes préexistants de santé mentale.  Des budgets supplémentaires sont prévus pour ce renforcement.   Les acteurs concernés de l’INAMI seront invités à une concertation pour discuter des modalités de financement, en tenant compte du protocole d'accord.


Ce communiqué de presse a été préparé au nom des ministres suivants qui forment ensemble la Conférence Interministérielle Santé publique :

  • Wouter Beke – Flandre (président CIM),
  • Frank Vandenbroucke - État fédéral,
  • Christie Morreale - Région wallonne,
  • Valérie Glatigny - Communauté française,
  • Bénédicte Linard - Communauté française,
  • Alain Maron - Commission communautaire commune et Commission communautaire française,
  • Elke Van den Brandt - Commission communautaire commune et Commission communautaire flamande,
  • Antonios Antoniadis - Communauté germanophone,

et Pedro Facon, Commissaire Corona du Gouvernement.


La Conférence Interministérielle de Santé publique est organisée et soutenue par la DG Santé du SPF SPSCAE.

 

Plus d’informations :
Vaccins contre COVID-19

 


 

19/11/2020

 

Un large éventail de mesures est nécessaire pour contrôler la pandémie de COVID-19. La vaccination COVID-19 est indéniablement très importante à cet égard.


La Belgique participe à ce niveau à la procédure européenne d'achat des vaccins COVID-19, dans laquelle la Commission européenne négocie avec les entreprises au nom des États membres. Trois contrats ont déjà été signés.


La vaccination COVID-19 elle-même est un défi complexe et unique pour de nombreux pays, dont la Belgique. Seule une coopération proactive et efficace entre le fédéral et les entités fédérées peut mener à bien cette vaccination.


La Conférence Interministérielle Santé publique a donc pris les décisions suivantes pour la vaccination contre le COVID-19 pendant la phase aiguë de la pandémie:

  • L'objectif est de vacciner au moins 70% de la population.

  • Les groupes prioritaires seront déterminés sur la base d'avis scientifiques et un débat sociétal.

  • La vaccination est volontaire.

  • La vaccination est gratuite pour chaque citoyen.

  • Les vaccins étant fournis dans des flacons multidoses qui doivent être administrés le même jour, les citoyens seront vaccinés en groupe autant que possible.

  • Sciensano et l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé collaborent à un plan de surveillance.  À cette fin, le réseau flamand Vaccinnet sera utilisé et étendu à toutes les entités fédérées.

  • L'ensemble du programme de vaccination sera cofinancé par l’autorité fédérale et les entités fédérées.

 

Pour orienter le déploiement du programme de vaccination sur la bonne voie, une taskforce "opérationnalisation de la stratégie de vaccination COVID-19" sera créée au sein du Commissariat Corona du Gouvernement.  Cette taskforce est chargée de déterminer, d'attribuer et de soutenir toutes les actions nécessaires à la réalisation de la stratégie de vaccination. Sa mission est uniquement une mission de coordination. Elle sera composée de scientifiques, de représentants des autorités des entités fédérées et du fédéral, de gestionnaires de crise et, où nécessaire, de représentants d'organisations professionnelles et de groupes de travail techniques. Le Prof. Dr. Dirk Ramaekers  prendra la direction de cette taskforce.


Au sein de la taskforce une cellule spécifique «débat sociétal et communication» sera chargée de la rationalisation et de la coordination de la communication scientifique et publique. Cette cellule sera présidée par le Prof Dr Yvon Englert.


Ce communiqué de presse est rédigé conjointement au nom des ministres formant la Conférence interministérielle Santé publique :

  • Wouter Beke - Gouvernement flamand, président CIM

  • Frank Vandenbroucke - Gouvernement fédéral

  • Christie Morreale - Gouvernement wallon

  • Valérie Glatigny - Gouvernement de la Communauté française

  • Bénédicte Linard - Gouvernement de la Communauté française

  • Alain Maron - Commission communautaire commune et Commission communautaire française

  • Elke Van den Brandt - Commission communautaire commune et Commission communautaire flamande

  • Antonios Antoniadis - Gouvernement de la Communauté germanophone

et Pedro Facon, Commissaire Corona du Gouvernement.


La Conférence Interministérielle Santé Publique est organisée et soutenue par la DG Soins de Santé du SPF Santé publique.  


 

 

 

Date de publication: 15/04/2021