Association Belge des Syndicats Médicaux

Astra Zeneca: état des lieux

13/04/2021 * Que disent l'AFMPS et l'EMA du vaccin AstraZeneca ?

 

Après une évaluation approfondie, l'Agence européenne des médicaments (EMA) conclut a reconnu qu'un lien entre AstraZeneca et de "très rares" cas de thromboses existait. Toutefois, l'autorité de santé estime que les bénéfices du vaccin continuent à l'emporter sur les risques liés au Covid-19.

 


En savoir plus

 


 

15/03/2021 * Résumé des infos qui circulent actuellement sur le vaccin Astra Zeneca

 

Le Conseil supérieur de la Santé s’est réuni en urgence. Il confirme sa position alignée sur l’agence européenne des médicaments, de poursuivre la vaccination avec le vaccin AstraZeneca.

 

Sur la base de documents très récents, c'est-à-dire les textes de l’OMS, de l’EMA et d’AstraZeneca ainsi que l’avis de l’International society of thrombosis and hemostasis (ISTH) allant dans la même direction, les experts et intervenants du NITAG belge ont été consultés en extrême urgence afin de pouvoir délivrer une position commune du NITAG belge sur la continuation (ou la suspension) de la campagne de vaccination avec le vaccin d’AstraZeneca dans notre pays. Ils se sont prononcés en faveur de la poursuite de la campagne de vaccination avec Astra Zeneca.

 

Dans son document, le Conseil supérieur de la Santé rappelle que le Royaume-Uni, l’Allemagne (qui l'a interdit depuis), la France, l’Espagne ainsi que d’autres pays continuent actuellement de recommander l’administration de ce vaccin, dans la mesure où l’intérêt de la vaccination dépasse largement les risques potentiels.

 

D’autre part, ce même Conseil souligne qu "Une suspension même provisoire de cette vaccination ne pourrait qu’avoir des effets néfastes sur la vaccination Covid-19 en général, les phénomènes thromboemboliques post-vaccinaux étant présents dans le même ordre de fréquence qu’avec le vaccin Pfizer selon les informations actuellement disponibles."

 

De nombreux médecins le rappellent : la thrombose est un phénomène imprévisible et relativement répandu. D’après Luc Herry, vice-président de l’Absym (Association Belge des Syndicats Médicaux) et responsable d’un centre de vaccination, on compte environ 500.000 thromboses par an en Europe. Les principaux facteurs de risque sont l’hypertension ou encore… la pilule contraceptive.

 

"La pilule favorise la thrombose, affirme Luc Herry. Et la pilule plus le tabac, on multiplie les facteurs de risques par 10. Si on est une femme et qu’on fume, on a un risque de thrombose qui est bien plus élevé que de se faire vacciner, d’autant qu’il n’y a pas de lien de corrélation entre le vaccin et la thrombose".

 

Sur la base des données scientifiques actuelles, la Task Force a continué de soutenir la vaccination avec ce vaccin. En effet, il réduit de manière significative, chez tous les adultes, le risque de maladies graves et les hospitalisations dues à la COVID-19. La sécurité des personnes vaccinées demeure une priorité. L'AFMPS et la Task Force s’attachent à garantir un suivi quotidien de la situation. 

 

 

 

Sources: rtbf.be - Task Force Vaccination

 


 

 

11/03/2021 * La Task Force Vaccination recommande le maintien de l'utilisation du vaccin

 

Sur la base des données scientifiques actuelles, la Task Force continue de soutenir la vaccination avec ce vaccin. En effet, il réduit de manière significative, chez tous les adultes, le risque de maladies graves et les hospitalisations dues à la COVID-19. La sécurité des personnes vaccinées demeure une priorité. L'AFMPS et la Task Force s’attacheront à garantir un suivi quotidien de la situation.

 

En savoir plus

 


 

Pour toute information complémentaire, contactez:

Christopher Barzal
0474/77.98.70
christopher.barzal@commissariat.fed.be

 

 

 

Date de publication: 15/04/2021