Association Belge des Syndicats Médicaux

L'ABSyM satisfaite du nouveau dispositif pour les téléconsultations

L'ABSyM se félicite du nouveau dispositif sur les télé- et vidéoconsultations approuvé par le Comité de l'assurance. La condition de la relation de traitement préexistante entre le médecin et le patient est une réalisation importante de l'ABSyM. De cette manière, nous empêchons les sociétés commerciales d'abuser du remboursement.

 

Bruxelles, le 16 juin 2022

 

Le Comité de l'assurance a approuvé cette semaine un nouveau dispositif pour les téléconsultations. Le dispositif modifié doit entrer en vigueur le 1er août 2022 et remplace le dispositif mis en place lors de la crise Covid. Dans le dispositif modifié, la limitation à 4 consultations téléphoniques et à 4 vidéoconsultations par patient et par médecin par an est supprimée. Les tarifs sont de 22,44 euros pour une vidéoconsultation et de 10,10 euros pour une consultation téléphonique.

 

Pour l'ABSyM, il est extrêmement important que la relation thérapeutique préalable entre le médecin et le patient reste une exigence. Une relation thérapeutique existe si le médecin généraliste gère le DMG du patient ; si le médecin généraliste fait partie d'un groupe de médecins généralistes dont l'un gère le DMG du patient ; ou si le patient a eu au moins une consultation physique avec le médecin au cours de l'année civile en cours ou au cours des deux années civiles précédentes.

 

Par dérogation, la téléconsultation ou la vidéoconsultation peut également être facturée si le patient a été adressé par un médecin à un médecin spécialiste. Ce qui est également nouveau, c'est que l'utilisation des téléconsultations pendant le service de garde organisé des médecins généralistes devient possible.

 

Pour l'ABSyM, le principe de la relation de traitement préalable est la meilleure garantie contre les abus des initiatives des sociétés commerciales qui proposent des vidéoconsultations avec un médecin inconnu. Une telle utilisation inappropriée de la télémédecine ne répond pas aux normes de qualité que les patients belges méritent.

 

Dr. Luc Herry

Président ABSyM