Association Belge des Syndicats Médicaux

L’ABSyM craint des tensions majeures dues à la stratégie de vaccination complexe du gouvernement

L’ABSyM constate que la Task Force ‘vaccination’ persiste dans une stratégie consistant à donner la priorité de la vaccination contre la Covid-19 aux groupes à risques. En plus de nous faire perdre un temps précieux, cette manière de procéder génèrera de grandes tensions autour de la campagne de vaccination. Dans une lettre adressée au Ministre Frank Vandenbroucke (*), l’ABSyM réitère son appel à abandonner cette stratégie et à vacciner la population générale par groupe d’âge.

 

Bruxelles, le 17 février 2021

 

L’ABSyM a été informée que, lors de sa réunion du 11 février dernier, la Task Force ‘vaccination’ a persisté dans son choix de donner la priorité à la vaccination des patients présentant des pathologies sous-jacentes. La proposition alternative de l’ABSyM, soutenue par l’ASGB et le GBO, consistant à vacciner la population générale par tranche d’âge, n’a pas été retenue. L’âge est pourtant bel et bien une donnée objective et reste le facteur le plus déterminant en termes de morbidité et de mortalité en cas de Covid-19.

 

Malgré toute la bonne volonté des mutuelles, des médecins généralistes détenteurs des DMG, des éditeurs de logiciels, du Registre du Cancer, de l’e-gouvernement, des médecins spécialistes qui nourrissent de nombreuses préoccupations à l’égard de leur groupe spécifique de patients à risque, des états fédérés et des plateformes de patients, nous sommes extrêmement préoccupés par le fait que la Task Force dédiée à la stratégie de vaccination comporte bon nombre d’éléments voués à l’échec.

 

Par souci pour leurs patients, nos médecins généralistes et spécialistes voient différentes raisons à l’échec futur de la stratégie définie :

 

  • La complexité ralentit le processus, à plus forte raison maintenant qu’il a été récemment proposé de passer également au crible les dossiers spécialisés, par l’intermédiaire d’une personne de liaison au sein des hôpitaux. On constate dès aujourd’hui que les logiciels ne sont pas prêts alors que cela fait plus de 6 mois qu’il était connu que la vaccination de masse serait une étape dans la gestion de cette pandémie.
  • De nombreux patients présentant des comorbidités seront oubliés (à titre d’exemple, 40% des hypertendus s’ignorent);
  • Des tensions apparaissent déjà entre les groupes de patients et entre les spécialistes qui les encadrent;
  • Les médecins généralistes seront bombardés de questions et finiront par capituler;
  • Il y a une vive opposition quant à la légèreté avec laquelle les données sont collectées, non conformément au respect de la vie privée et au secret médical mais pourtant avec l’approbation de l’APD.

 

Arguments supplémentaires pour utiliser la stratégie de vaccination proposée par l’ABSyM:

 

  • Simplicité de la convocation, en fonction de l’âge;
  • Qu’elles soient ou non électroniques, on évite ainsi les procédures complexes et chronophages de sélection des risques fondées sur des données non spécifiques des mutuelles, sur des dossiers médicaux fournis par le médecin généraliste et maintenant également par le spécialiste;
  • Les patients sans DMG sont inclus sans problème dans la sélection basée sur l’âge;
  • La priorisation ne se fait qu’en fonction du critère de l’âge;
  • La sélection, la convocation et l’inscription par groupe d’âge préviennent les questions relatives à la protection de la vie privée;
  • La planification vaccinale est également plus souple et adaptable à l’offre de vaccins difficile à prévoir.

 

Dans les lettres d’information adressées aux patients présentant des symptômes sous-jacents, on renvoie au médecin généraliste pour le moindre doute. Les médecins généralistes ne sont plus en état de supporter cette charge supplémentaire.

 

Nos médecins généralistes souhaitent que leurs patients soient vaccinés dès que possible, y compris les patients alités. Les médecins généralistes souhaitent également pouvoir choisir de vacciner eux-mêmes leurs patients incapables de se déplacer.

 

L’ABSyM réalise que la campagne de vaccination se poursuivra durant plusieurs mois encore. Mais vu la manière dont les administrations et les autorités concernées estiment aujourd’hui que la campagne de vaccination doit être menée, nous craignons que celle-ci génère des tensions inutiles et dure beaucoup plus longtemps.

 

L’ABSyM en appelle une dernière fois au gouvernement pour faire de la stratégie de vaccination une stratégie simple et contrôlable par l’ensemble des autorités belges sur une base objective : une sélection par groupe d’âge.

 

(*) Cliquez ICI pour la lettre au Ministre Vandenbroucke.

 

 

Dr Philippe Devos   Dr Luc Herry Dr Dirk Scheveneels    Dr Marc Moens
Président ABSyM  Vice-Président ABSyM Vice-Président ABSyM     Président VAS
      Président honoraire ABSyM