Vaccination des enfants, des adolescents et des personnes à risque contre la varicelle

Avis n° 9212

Le dernier avis du CSS sur la vaccination contre la varicelle remonte à 2005 (CSH 8145). A l'époque, la voie choisie était celle d’une vaccination ciblée de groupes ou de sujets à risque (à savoir la vaccination des adolescents et des jeunes adultes sans antécédent de varicelle, les personnes non immunisées occupées dans le secteur des soins de santé ainsi que les autres personnes non immunisées en contact avec des patients immunodéprimés ou de jeunes enfants, ainsi que les femmes non immunisées avec un désir de grossesse). A l'époque, les arguments suivants sous-tendaient l'avis défavorable à une vaccination universelle contre la varicelle : - la crainte que la couverture vaccinale atteinte soit insuffisante pour réduire sensiblement la circulation du virus sauvage ; - l'objectif d'éliminer la rougeole (couverture vaccinale nécessaire >95 % pour les deux doses) serait compromis ; - le manque de données quant à la durée de la protection conférée ; - ainsi que l'absence de certitude quant à son effet sur l'incidence du zona. La recommandation émise à l'époque par le CSH (devenu le CSS) de ne pas procéder à une vaccination universelle devait être réexaminée lors de la mise sur le marché d'un vaccin quadrivalent « RROV » (rougeole-rubéole-oreillons-varicelle), qui permettrait éventuellement d'atteindre la couverture vaccinale élevée nécessaire, et ce, dès que davantage de données seraient connues quant à la durée de la protection conférée et son effet sur le zona.

 

Cliquez ici pour lire l'avis complet du Conseil supérieur de la santé

Date de publication: 06/04/2017
 

KCE