État des lieux: cigarette électronique

Avis n° 9265

INTRODUCTION ET QUESTIONS

Le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) a reçu, en janvier 2015, de la cellule stratégique de la Ministre Maggie De Block une demande de révision de l’avis relatif à la cigarette électronique (e-cigarette) publié en décembre 2013 (CSS 8941, 2013).

La e-cigarette existe sous différentes formes, composées chacune de trois éléments principaux : une batterie, une recharge d'e-liquide (également appelée cartouche) et un atomiseur. Sur certains modèles, la recharge et l'atomiseur forment un tout. Après une inhalation par l'embout ou après une pression sur un bouton, la batterie fait chauffer la résistance qui se trouve dans l'atomiseur. L'e-liquide contenu dans la recharge s'évapore et est inhalé par l'utilisateur.

La base de l'e-liquide est le propylène glycol et/ou la glycérine végétale, qui produit une fumée visible lors de l'évaporation.

L'e-liquide contient également de l'eau, des arômes et, éventuellement, de la nicotine. La variété de saveurs est immense : menthe, chocolat, café, vanille, etc (Tierny et al., 2015).

Plus précisément, Mme la Ministre souhaite des réponses claires et précises aux questions suivantes :

-   Quelles sont les exigences de qualité auxquelles la e-cigarette (avec ou sans nicotine) devrait satisfaire ?

-   Quels sont les effets nocifs de la e-cigarette et peuvent-ils être mis en balance avec les effets nocifs des cigarettes classiques ?

-   Pour les fumeurs de tabac qui utilisent des e-cigarettes contenant de la nicotine, la question suivante se pose naturellement :

  • La e-cigarette aide-t-elle à moins fumer, voire à arrêter de fumer ?
  • Existe-t-il un danger supplémentaire si la e-cigarette et la cigarette classique sont utilisées simultanément ?
  • La e-cigarette sans nicotine peut-elle aider les fumeurs de tabac dans leur dernière phase de « l'arrêt du tabac » ?

-   Pour les non-fumeurs :

  • Existe-t-il un risque que des non-fumeurs soient incités à utiliser des ecigarettes contenant de la nicotine ?
  • Existe-t-il également un risque que des non-fumeurs utilisent plus facilement des e-cigarettes sans nicotine et, de là, passent aux e-cigarettes contenant de la nicotine ou au tabac ?

Le noyau des questions posées est donc double, à savoir : la nocivité possible de l'utilisation de la e-cigarette en soi et le rôle que la e-cigarette peut jouer dans le cadre de la politique de lutte contre le tabagisme.

Le CSS était d’avis que le rôle de la e-cigarette devait être jugée dans un cadre plus large de politique de lutte contre le tabagisme et donc a élargi le scope de l’avis.


Cliquez ici pour lire l'avis complet du Conseil supérieur de la Santé

Date de publication: 22/10/2015
 

KCE