Recommandations relatives à l’emploi, chez l’enfant prématuré (≤ 28 semaines et/ou < 1000 g) hospitalisé en service néonatal de soins intensifs, du lait maternel cru provenant de sa propre mère.

Avis n° 8734

I INTRODUCTION ET QUESTION 

 

Suite à une demande du Cabinet de la ministre de la Santé et partant d’une proposition de loi déposée par Mme C. Defraigne, sénatrice, le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) a créé en 2011 un groupe de travail (GT) pour se pencher sur l’opportunité de légiférer sur l’utilisation du lait de mère frais (cru) dans les services de soins intensifs néonataux (NIC). Les travaux de ce GT ont conclu à l’utilité de recommandations en la matière, ce qui a donné lieu au présent avis du CSS. L’alimentation au sein est en règle générale recommandée et constitue le mode alimentaire préféré à la naissance. Ce principe s’applique aux nourrissons nés à terme mais aussi aux nouveau-nés prématurés. Il existe cependant des exceptions à cette règle, par exemple lorsque l’enfant ne sait pas téter, si la mère ne peut produire les quantités de lait nécessaires ou si la composition du LM est inadaptée aux besoins nutritionnels de son nouveau-né. Les recommandations reprises dans ce document visent principalement à envisager la situation particulière des prématurés de très faible poids à la naissance hospitalisés dans les services NIC (neonatal intensive care) et visent aussi à donner des conseils sur l’emploi du lait donné par une mère à son enfant né prématuré encore hospitalisé. Ces recommandations ne concernent donc pas le « don de lait », soit l’usage de lait provenant d’une mère allaitante mais qui serait administré à un nouveau-né autre que le sien. Même s’il n’existe actuellement en Belgique aucune recommandation particulière pour le « don de LM », celui-ci doit passer préalablement par une banque de lait et être traité en suivant les recommandations internationales éditées pour les banques de lait (ANSES, CDC, AAP, NICE, Milknet) (...).

 

Cliquez ici pour consulter l'avis complet du Conseil supérieur de la santé.

Date de publication: 02/08/2016
 

KCE