Cosmétologie – aspects psychologiques

Avis n°8892

Un projet a été lancé, à l’initiative du Conseil Supérieur de la Santé (CSS), visant à identifier les aspects psychologiques dont il faut tenir compte face à des pratiques de cosmétologie ou de chirurgie esthétique. L’offre est en effet de plus en plus importante. Un individu désireux d’entreprendre des démarches pour modifier son apparence l’amènera toujours un jour ou l’autre à trouver quelqu’un pour réaliser un traitement. Devant ce constat de l’augmentation constante du recours à la cosmétologie, mais aussi des bénéfices indéniables des techniques de chirurgie de reconstruction, le CSS a voulu mettre en évidence les facteurs psychologiques en lien avec la cosmétologie, et les risques encourus par les personnes plus vulnérables face à cette mode, et pour lesquels tout praticien devrait être attentif lors des demandes d’intervention. La problématique est en fait triple : 

1) Premièrement, certaines techniques utilisées ne sont pas invasives et sont réversibles, comme les soins esthétiques prodigués par des esthéticiennes. Mais ces dernières se retrouvent souvent confrontées à la souffrance des personnes, sans être suffisamment formées pour pouvoir y faire face. 

2) Deuxièmement, certaines techniques sont plus invasives et irréversibles. Comme la chirurgie et la médecine esthétique peuvent parfois entraîner des séquelles physiques et/ou physiologiques irréversibles, les demandes doivent être bien étudiées. Certaines demandes peuvent en effet émaner de patients à la personnalité fragile, sensible, anxieuse, doutant de leur intégrité physique et psychique, drainant des frustrations. Ces patients attendent de leur démarche en chirurgie ou médecine esthétique une solution idéalisée à leur problématique, avec l'espoir de combler des attentes irréalisables. Par ailleurs, certains praticiens peuvent aussi donner de fausses illusions aux patients dans un but purement mercantile. Le CSS s’est donc demandé quel encadrement prévoir pour éviter que des personnes fragilisées multiplient les demandes d'interventions dans le but d’améliorer leur apparence physique, sans jamais trouver de satisfaction. Les aspects psychologiques sont en effet omniprésents dans une demande de soins relatifs au « paraître ». 

3) Troisièmement, la chirurgie de reconstruction peut servir à corriger des défauts physiques innés ou acquis. Ici aussi les aspects psychologiques peuvent être importants car ces personnes sont souvent en réelle souffrance physique et/ou psychique. Comment garantir une prise en charge globale à ces patients fragilisés ?

 

Cliquez ici pour lire l'avis complet du Conseil supérieur de la Santé

Date de publication: 23/07/2015
 

KCE