Brochure - Bonnes pratiques en matière de stérilisation de dispositifs médicaux

Avis n° 9256

Paradoxalement, c’est dans les hôpitaux que les patients sont le plus exposés aux risques d’infection. La stérilisation de dispositifs médicaux (DM) est un maillon important dans la lutte contre les infections associées aux soins. 

 

Les techniques médico-chirurgicales diagnostiques et thérapeutiques ne cessent d’évoluer et l’utilisation de DM stériles est de plus en plus importante au sein des secteurs de soins. De même, les techniques de stérilisation utilisables en milieu hospitalier évoluent continuellement. La stérilisation du DM réutilisable s’effectue dans le service central de stérilisation (SCS) ou peut être sous-traitée. Dans cette optique, le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) a estimé devoir actualiser les « Recommandations en matière de techniques de stérilisation » parues en 1993 et revues en 2006. 

 

Ce document a pour but de fournir aux institutions de soins et aux centrales de stérilisation de DM, un guide de bonnes pratiques décrivant les étapes indispensables au « bon » traitement des DM et au maintien de la stérilité du DM jusqu’à son utilisation. 

 

Après une brève introduction sur l’organisation du SCS, ce document aborde l’importance du nettoyage et de la désinfection du DM souillé avant sa stérilisation. Les principales méthodes de stérilisation recommandées telles que la stérilisation par des moyens physiques (ex. vapeur d’eau saturée) et chimiques (ex. peroxyde d’hydrogène (H2 O2 )) sont expliquées et argumentées. 

 

Pour chacun des appareils utilisés en SCS, les qualifications, les normes de validation ainsi que les contrôles en routine sont documentés et conseillés. Des recommandations relatives au conditionnement, au transport, au stockage et à la durée de conservation du DM stérile ainsi que sur l’infrastructure des locaux sont formulées. 

 

Des chapitres sont aussi consacrés au set en prêt, ainsi qu’à la problématique de la re-stérilisation et de la réutilisation de DM à usage unique et la problématique des agents transmissibles non conventionnels (ATNC – prions). La traçabilité du DM stérile est finalement discutée et ce, dans le cadre de la mise en œuvre d’un système de qualité dans le processus de stérilisation. 

 

En conclusion, la publication, la diffusion et la mise en application de ces bonnes pratiques permettront aux secteurs de soins d’optimaliser les pratiques en matière de stérilisation, au bénéfice de chaque intervenant et des patients.

 

Cliquez ici pour consulter l'intégralité de la brochure du Conseil supérieur de la Santé

Date de publication: 16/06/2017
 

KCE