Avis du Conseil Supérieur de la Santé au sujet des conditions relatives à l'usage justifié d'appareils à rayons X, portables

Avis n° 9103

1. INTRODUCTION ET QUESTION
Le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) a reçu une demande d'avis de l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN). Cette demande concerne l'examen par le CSS des conditions relatives à l'usage justifié d'appareils à rayons X portables en répondant à un certain nombre de questions. Ces appareils à rayons X portables sont mis sur le marché depuis peu, de manière généralisée, notamment en médecine dentaire, médecine légale et médecine vétérinaire.
* Question 1: Champ d'application des appareils à rayons X mobiles portables en Belgique.
* Question 2: Champ d'application de l'utilisation d'appareils à rayons X mobiles portables dans les soins dentaires.
* Question 3: Utilisateur d'appareils à rayons X mobiles portables à usage médical.


2. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS
Les appareils RX portables peuvent être utilisés sans statif : l'utilisateur doit alors tenir en main le tube à rayons X durant l'irradiation, ce qui suscite des questions concernant la radioprotection de l'utilisateur qui peut encourir une dose plus élevée au niveau des mains, des bras et de tout le corps. Une bonne qualité de l'image ne peut pas non plus être garantie en raison d'un risque accru d'artefacts de mouvement, d'un mauvais alignement éventuel et d'une mauvaise orientation du faisceau de rayons X par rapport au détecteur d'image. La charge successive de la batterie de l'appareil peut entraîner une diminution de la qualité du faisceau après une série de clichés. En outre ces appareils sont mobiles et peuvent donc être employés en dehors des zones contrôlées, ce qui peut poser problème pour le personnel professionnellement exposé et/ou pour les accompagnateurs des patients et le public. L'utilisation d'appareils à rayons X portables ne peut dès lors être acceptée que de manière spécifique et pour des applications définies. Ces appareils ne peuvent être utilisées que quand aucune autre application présentant plus de garantie de sécurité n’existe pas.

 

Cliquez ici pour lire l'avis complet du Conseil Supérieur de la Santé

Date de publication: 11/04/2016
 

KCE