5. Concernant la Régionalisation

Nous avons fait part aux différents partis francophones et néerlandophones, oralement et par écrit, de nos préoccupations face au processus de défédéralisation et à notre souhait de participer aux nouveaux organes de gestion en tant qu’organisation la plus représentative du corps médical, légitimée par des élections organisées tous les 4 ans par l’INAMI.
Du côté francophone, nous avons reçu des réponses de différents partis nous assurant de leur soutien quant à notre participation à la mise en place et au fonctionnement du nouveau système régional.
L’ABSyM espère vivement que ces paroles seront entérinées par des actes concrets. Ainsi, s’il est vrai que nous avons été invités au Groupe de travail 1ère ligne, nous regrettons toutefois de ne pas avoir été conviés aux autres groupes de travail ayant trait à la défédéralisation.
En Flandre, Jo Vandeurzen, le ministre du bien-être, de la santé publique et de la famille, continue à inviter le VAS, aile flamande de l’ABSyM, mais purement à titre informel, bien que le VAS réclame depuis longtemps une représentation officielle.
L’ABSyM est non seulement le syndicat majoritaire des médecins mais en tant que syndicat et organisation médicale officielle et représentative, elle estime qu’il est indispensable qu’elle soit représentée dans tous les comités, commissions, conseils, groupes de travail qui concernent les conditions de travail des médecins.
Les syndicats médicaux ne peuvent être ni remplacés, ni complétés par d’autres organisations médicales dans aucune des régions ou communautés. Il n’existe actuellement que deux syndicats médicaux.
Votre parti peut-il confirmer qu’il se conformera à cette position qui est d’ailleurs celle du fédéral ?

Date de publication: 24/02/2014