Résultats: Près de 84 % des médecins « conventionnés » pour 2016

INAMI Communiqué de presse

Résultats globaux

84 % des médecins adhèrent à l’accord 2016-2017 (83,83 % en 2015) :

  • 88,54 % des médecins généralistes (88,59 % en 2015)
  • 81,12 % des médecins spécialistes, toutes spécialités confondues (80,78 % en 2015).

Globalement, ces pourcentages varient donc peu par rapport à ceux de l’accord précédent.

L’adhésion des médecins généralistes reste la même. L’adhésion des médecins spécialistes augmente légèrement (+0,34 %).

Résultats détaillés sur le site web de l’INAMI.


Résultats par région

 

Adhésion des généralistes

Adhésion des spécialistes

Total des adhésions

  Bruxelles

80,31 %

81,34 %

80,98 %

  Wallonie

86,28 %

83,83 %

84,79 %

  Flandre

91,79 %

79,44 %

84,33 %

  Total Belgique

88,54 %

81,12 %

84,00 %



Résultats par spécialité

Dans la plupart des spécialités, l’adhésion à l’accord augmente ou diminue de moins de 1 % par rapport à l’accord précédent.

Parmi les spécialités les plus « conventionnées » (> 90 % d’adhésion) : la gériatrie, la médecine aigüe et d’urgence, la biologie clinique, l’oncologie, la radiothérapie, la médecine nucléaire, la médecine interne et l’endocrino-diabétologie, l’anatomo-pathologie, la pneumologie et l’anesthésie-réanimation.

Parmi les spécialités les moins « conventionnées » (< 50 % d’adhésion) : la dermato-vénérologie, la chirurgie plastique et l’ophtalmologie.

 

L'utilisation de l'application de web protégée

Pour la 1re fois, les médecins qui voulaient communiquer leur refus éventuel d’adhérer à l’accord ou leur adhésion partielle avaient la possibilité de le faire électroniquement via une application sécurisée sur le site de l’INAMI. 22,80 % d’entre eux ont utilisé cette possibilité.

 

L’accès à des soins de santé de qualité pour le plus grand nombre de citoyens est garanti

L’accord médico-mutualiste 2016-2017 conclu entre les représentants des médecins et ceux des organismes assureurs (mutualités) fixe, entre autres, les tarifs maximums qu’un médecin conventionné peut demander à son patient. Il fixe aussi les avantages sociaux accordés à ce médecin.
L’accord garantit donc la sécurité tarifaire des patients et un accès à des soins de santé de qualité au plus grand nombre de citoyens.

Les médecins sont libres d’adhérer ou non à l’accord (entièrement ou partiellement).

 

Source INAMI

Date de publication: 02/03/2016